visuel-ambiance-home

Société

20 ans de créations et 12 designers

Quand une entreprise tourne une page de son histoire comme Forestier aujourd’hui, c’est pour mieux se projeter dans un avenir lumineux avec le design en fer de lance, mais toujours avec la créativité, la poésie et la nature comme piliers.

Préserver les fondamentaux d’hier mais déjà imaginer ceux de demain ...
S’inscrire dans une continuité d’exigences, de qualité, d’image et de sélection …
S’adapter aux bouleversements économiques et se réinventer : un modus vivendi pour Forestier depuis sa fondation !
Se nourrir de la passion et de l’expérience de personnalités bien affirmées, du savoir faire de professionnels dans chaque domaine …

Un autre chapitre commence à s’écrire ...

La collection 2012 met l’accent sur la lumière et ses reflets sous toutes ses formes.

Emblématique du catalogue Forestier, les luminaires et leur environnement, s’inscrivent dans une énergie plus que jamais d’actualité. Des outils inédits, de nouvelles technologies (photovoltaïques, LED, ... ) convoquent de nouveaux savoir faire pour décliner l’esprit poétique et esthétique si cher à Forestier ...

« Et quoi de plus attrayant dans une maison qu’une lampe élégante et fonctionnelle qui en prime respecte l’environnement et les contraintes énergétiques qui sont les nôtres aujourd’hui ? »
C’est à ces talents reconnus ou en devenir qu’a été confiée la mission de créer des objets spécifiques à forte identité mais toujours à prix accessibles.

Arik Levy - Sebastian Bergne - Laurence Brabant - Emmanuel Gallina - Christian Ghion et Basile Huez - Normal Studio - Ionna Vautrin - Noé Duchaufour-LawrenceElise Fouin - Nicolas Daul et Julien Demanche - Neil Poulton

Pour anticiper le futur proche et esquisser des solutions aux nouvelles problématiques. Pour capitaliser sur ce qui a fait la singularité de la Maison et décliner notre différence avec les moyens de demain.

Pour la petite histoire …

1992- 2001
Une topiaire s’invite à l’origine de l’aventure qui nait de la passion de Bernard Forestier pour les jardins à la Française, leurs justes proportions, leur équilibre, l’élégante alternance des lignes droites et des courbes. Il a le goût du beau mais aussi l’amour de la matière que l’on sculpte. Cet esprit créatif bouscule les traditions et fait entrer l’art de la botanique dans la maison. Il donne vie à des objets en fil de fer tissé avant de se tourner vers des matières aussi différentes que le métal rouillé, le zinc ou la fonte pour présenter des créations toujours aériennes, structurées, associant poésie et humour. Au fil du temps, Forestier s’est imposé par ses recherches et sa maîtrise d’un équilibre fragile entre nature et design, le raffinement de ses lignes épurées, ses parti pris de matériaux bruts et authentiques optimisés par le travail des artisans.

2002 -2011
Dix ans après sa création l’entreprise change de cap à la disparition de Bernard Forestier. A la demande d’Hélène Forestier Gilles Dallière prend la direction artistique et marque sa volonté de faire de chaque pièce, un « objet unique ». Une évolution qui joue la carte du luxe et du naturel dans une plus grande sobriété. Les formes se sophistiquent et parient sur la lumière et la couleur sans perdre le cachet inimitable du travail artisanal.

2012-...
Hélène Forestier passe le relais à Jean Dominique Leze, à qui l’on doit déjà le « 107 Rivoli » pour les Arts Décoratifs et la société ENO (Edition Nouveaux Objets) avec François Bernard. A lui de bâtir, - avec Gilles Dalliére qui reste à ses côtés- , le nouveau champ d’expression de la maison pour les années à venir. Son challenge ? Construire le futur sans renier le passé. Renforcer l’identité et la puissance de la marque en balisant son territoire singulier, en dessinant de nouvelles voies.

Au delà d’un rôle assumé de maison d’édition, Forestier se réinvente en marque créative et poétique, avec le design, la nature et les matières brutes, en points d’ancrage. Une marque qui privilégie la fonction et l’intérêt du consommateur dans une démarche responsable.

« Un objet design est avant tout un objet juste, beau, utile, de qualité, qui répond à une fonction. Sa facture doit rester simple pour mieux valoriser la forme, l’aspect matière, le savoir-faire technologique ou artisanal. » explique Jean Dominique Leze.